11 mars 2010

JNA - Les collègues de la Réunion

On a froid et nos collegues de la réunion du syndicat et de l'association de prevention "keskidi keskili", font de la prévention sur la plage.....

l'article ci-dessous:

Journée de l’audition : haro sur les baladeurs mp3 !

www.clicanoo.com par Marie Peyrard

Aujourd’hui, aura lieu la 13e journée nationale de l’audition. À cette occasion, les orthophonistes de la Réunion veulent se faire entendre sur les risques liés aux baladeurs numériques en organisant une action de sensibilisation. Corinne Rabaneda, orthophoniste à Saint-André, nous explique comment écouter de la musique sans danger. Entretien.


Des jeunes avec un casque vissé sur la tête ou des écouteurs dans les oreilles, il y en a plein les rues. A-t-on mesuré précisément ce phénomène ?

“En Europe, 50 à 100 millions de personnes utilisent quotidiennement des baladeurs numériques. Près de 250 millions de baladeurs et 165 millions de lecteurs mp3 ont été commercialisés ces quatre dernières années en Europe, dont 11 millions auraient été vendus en France. Selon un rapport du comité scientifique des risques sanitaires émergents et nouveaux, commandé par l’Union européenne, qui concernent des jeunes ayant écouté leur baladeur à plein volume plus d’une demi-heure par jour pendant cinq années, près de 10 millions de jeunes risquent une perte partielle ou totale de l’ouïe.

Quel usage font les jeunes de leurs baladeurs numériques ?

À l’occasion de la journée nationale de l’audition, une grande enquête nationale a été menée auprès d’un échantillon de 1 001 jeunes âgés entre 12 et 25 ans. On y apprend que les jeunes reconnaissent une durée d’écoute quotidienne de leur baladeur qui dépasse 1h30 avec une écoute en continu d’une heure. Ceux qui l’écoutent le plus longtemps sont aussi ceux qui l’écoutent le plus fort. 40 % d’entre eux ont déjà ressenti des acouphènes après l’écoute prolongée de leur baladeur. On découvre aussi que trois jeunes sur quatre ne connaissent pas vraiment la réglementation sur le niveau sonore des baladeurs.

À partir de quel niveau sonore il y a danger pour l’oreille et que dit justement la réglementation à ce propos ?

Au-dessus du seuil de 80 décibels (dB), on estime que le son peut être nocif à l’oreille. Ce qui équivaut par exemple à une voix criée (entre 75 et 90 dB) ou à une rue animée avec un fort trafic. Pour comparaison, le niveau sonore moyen d’un concert est de 110 dB. Il n’y a aucune réglementation pour les concerts. En revanche, depuis 1998, la législation impose une limite sonore à 105 dB pour les discothèques. Quant aux baladeurs, il y a une loi qui oblige les fabricants à brider leur niveau sonore à 100 dB.

Que se passe-t-il lorsqu’on écoute de la musique trop fort ?

Au-dessus de 80 dB, cela peut conduire à des acouphènes. Ce sont des bourdonnements dans la tête, des sifflements… des choses qu’on entend sans source sonore. Mais il y a également un risque de surdité, c’est-à-dire que le bruit va détruire les cellules sensorielles de l’audition. Ces cellules ciliées se situent dans l’oreille interne. Leur rôle est de transformer le flux mécanique du son en influx nerveux qui va jusqu’au nerf auditif. Si elles sont détruites par le bruit, c’est irréversible. On a 15 000 cellules sensorielles auditives. Ce n’est rien comparé aux cellules sensorielles de la vue, qui se comptent par millions. Il est donc important d’apprendre à préserver ce capital. Selon la dernière enquête nationale, 87 % des jeunes informés des dangers sont prêts à changer leurs habitudes.”

Interview : Marie Payrard

- Les professionnels, à votre écoute aujourd’hui sur la plage Les orthophonistes veulent murmurer à l’oreille des ados. À l’occasion de la 13e journée nationale de l’audition, la jeune association “Keskidi keskili ?”, regroupant des orthophonistes, en collaboration avec le syndicat des orthophonistes de la région réunion (SORR), a décidé de se mobiliser afin d’informer les jeunes Réunionnais âgés entre 12 et 25 ans sur le bon usage des baladeurs mp3. Pour ce faire, ils tiendront un stand sur la plage des Brisants à Saint-Gilles entre 9h30 et 16h30. Là, ils pourront répondre aux questions des jeunes, distribuer des brochures d’information, mais ils proposeront aussi des questionnaires permettant d’évaluer si un contrôle de l’audition par un ORL est nécessaire. Il y a deux ans, le SORR avait déjà mené une action de sensibilisation dans les bars et boîtes de nuit de l’île. Espérons que la génération baladeur leur prête encore l’oreille et que tous ces conseils avisés ne rentrent pas par une oreille avant de sortir par l’autre…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire